JazzMa

Friss Hírek

Kis hírek – friss hírek2022. december 02.
Dalos hangulatban2022. november 24.
Bóková, Nikol: Elements2022. november 23.
Foster, Ronnie: Reboot2022. november 19.
BrothersBe: Mój dom2022. november 18.

Hírek

Franciaországban is tisztelettel adóznak Tommy Vig nagysága előtt

Ma reggel 6 óra 11 perckor az alábbi levelet kaptam a 2006-ban 50 év Amerika után „kalandvágyból” Budapestre hazatért vibrafonos-dobos-zeneszerző-hangszerelő Víg Tamástól (Tommy Vig, you know!)! – A szerk.

THIS CAME IN TODAY… DRÁGA ROBIKÁM!!!!!

Dear Tommy,

Your CD has been reviewed in Jazz Hot:

https://jazzhot.oxatis.com/PBCPPlayer.asp?ADContext=1&ID=2295600#TommyVig

Automatic translation available: menu at the bottom left of the screen.

Kind regards,

Jérôme


tommy-vig-jazz-jazz-2022.jpg

Tommy Vig
Tommy Vig 2022: Jazz Jazz

In Memory of Monk*, In Memory of Dizzy*, In Memory of Fats Waller*+, In Memory of Beethoven I*, In Memory of the Hungarian Folk Song*, Puella*°, Cantiuncula*°, Desiderium*°, Cantio*°, Veni*°+, In Memory of Beethoven II°°, Budapest 1956**

Tommy Vig (vib*, dm*°°, p°, kb*, lead**), David Murray (ts)*, Roger Kellaway (p)+, Roger Lee Vig (dm)+, reste du personnel détaillé dans le livret

Dates et lieux d’enregistrements non précisés

Durée: 59’ 06’’

Nemzeti Kulturalis Alap (tommyvig@t-online.hu)


Tommy Vig, «institution jazzistique hongroise à lui tout seul», comme nous le notions dans une précédente chronique, livre ici une sorte de testament musical en proposant une synthèse entre la musique classique européenne et le jazz, ainsi qu'entre le free (ce qu’il appelle la «musique atonale») et la musique de big band. Les cinq premiers morceaux sont des dédicaces. Avec «In Memory of Monk» on retrouve effectivement bien l’esprit du pianiste, notamment dans la longue et dense intervention du leader au vibraphone. Notons d’ailleurs que Tommy Vig joue sur cet album de plusieurs instruments sur la plupart des morceaux, dont un synthétiseur lui permettant d’assurer l’ensemble de la section rythmique (probablement en rerecording). Après le dynamique «In Memory of Dizzy», également bien dans le ton (avec János Hámori à la trompette), «In Memory of Fats Waller», après un démarrage swinguant, dans la lignée des orchestres de Stan Kenton, opère une bifurcation vers le free avec la complicité de Roger Kellaway, de Roger Lee Vig (le fils de Tommy) et de David Murray, invité sur tous les titres, à l’exception du dernier, et qui était déjà présent sur le précédent disque. Pour la première version de «In Memory of Beethoven», le big band reprend, en les déclinant en diverses variations, les premières mesures du thème principal de «L’Hymne à la joie» (qui est aussi l'hymne de l'Union européenne). Une autre façon d’aborder la rencontre entre jazz et classique que les sempiternels essais de jazzification des grands maîtres européens. «In Memory of the Hungarian Folk Song», joliment introduit par un David Murray à fleur de peau, ne perd non plus jamais de vue le jazz, mais étrangement sans référence à la musique tzigane hongroise, qui a pourtant inspiré Franz Liszt et Johannes Brahms, et sans référence à Django Reinhardt, pourtant le seul «Européen» ayant été invité par Duke Ellington aux Etats-Unis. Les cinq morceaux qui suivent, conservent cet équilibre savant entre swing, passages free et motifs classiques, appuyés sur le sens de la mélodie que déploie Tommy Vig dans ses compositions. La deuxième version de «In Memory of Beethoven», incorporant une section de cordes (The Máv Strings), penche d’avantage vers une musique symphonique assez cinématographique (ce qui n’est pas sans rappeler que Tommy Vig travailla plusieurs années pour Hollywood).

Enfin, la dernière pièce, «Budapest 1956», une commande passée à Tommy Vig par l'Etat hongrois, se situe à part du reste de l’album. D’une part, en raison de son format (il s’agit d’une suite de 15’), d’autre part, parce que le big band cède ici la place à un orchestre symphonique (The Máv Orchestra) sous la direction du compositeur. De façon encore plus marquée que sur l’œuvre précédente, le jazz s'efface au profit d'une musique contemporaine au service du récit national hongrois.

Jérôme Partage

© Jazz Hot 2022


(Csak zárójelben jegyezném meg, hogy nálunk már 2021. november 3-án megjelkent a lemez kritikája Bereczki Bálint tollából! - A szerk.

https://www.jazzma.hu/lemezpolc/kulfoldi-eloadok/vig-tommy-vig-tamas/2022-jazz-jazz/kritika/vig-tommy-vig-tamas-2022-jazz-jazz/)

Vissza a hírekhez